[théâtre] « Intérieur » de Maurice Maeterlinck, mise en scène de Claude Régy

Des villageois viennent apprendre à une famille qu’ils observent de l’extérieur de leur maison, sans oser y entrer, que leur petite fille s’est noyée. Mais comment dire cette nouvelle-là ? Le propos de la pièce est d’amener peu à peu à la révélation de cette terrible réalité…

Intérieur - Claude RégyPhoto : Koichi Miur

Claude Régy épure au maximum la mise en scène : pas de décor, si ce n’est de magnifiques lumières tamisées aux variations infimes (bleu nuit, mauve, rosé) évoquant la lueur de la lune, et un sol de sable fin ; un jeu détaché, dépouillé de tout affect ; un texte élagué, de surcroit interprété en japonais, et le choix de ne pas surtitrer certains passages ; une diction sourde, monocorde et étirée ; des déplacements glissés, à pas feutrés ; des mouvements rares, graves et lents et des gestes ralentis, comme suspendus… Claude Régy préfère le non-dit au dit, suggère plutôt qu’il ne montre… Son théâtre est fait de silence et d’immobilité. Pourtant, imperceptiblement, sans qu’une parole ne s’élève au-dessus de l’autre ou qu’un geste vienne heurter le rythme appesanti, la tension monte, vers l’inexorable…

Ce spectacle tient à la fois du cérémoniel et de la performance. C’est une expérience sensitive : faire l’expérience du silence et de l’immobilité dans une salle de spectacle à quelque chose d’extrêmement déroutant. Il faut accepter de se laisser aller au rythme lent, lancinant, obsédant, presque insoutenable, d’une narration étirée et fractionnée ; il faut avoir la patience de pénétrer un univers inconnu, aux frontières floues, et ne pas craindre de basculer dans un monde qui nous échappe en partie… Cette pièce est une pièce d’atmosphère où il faut deviner, sentir, pressentir, percevoir au-delà du visible et de l’audible…

C’est un spectacle radical, très poétique, mais aussi extrêmement hermétique. Face à une scénographie et des lumières trop esthétisantes pour faire naître la moindre émotion, on reste inexorablement à distance. Un moment hors du temps qui a sa beauté, mais qui reste froid.

______________________________

Intérieur
De Maurice Maeterlinck
Mise en scène de Claude Régy
Avec Soichiro Yoshiue, Yoji Izumi, Asuka Fuse, Miki Takii, Tsuyoshi Kijima, Haruyo Suzuki, Kaori Ibii, Mana Yumii, Gentaro Shimofusa, Hiroko Matsuda, Yusuke Oba, Hibiki Sekine et Yumeji Matsunaga
Durée : 1h30
Spectacle vu le 27/07/2014 au Festival d’Avignon in.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :