[thriller] « Six fourmis blanches » Sandrine Collette

Six fourmis blanches - Sandrine Collette

Le mal suinte de ce pays comme l’eau des murs de nos maisons tout le long de l’hiver. Enraciné en nous, telle une sangsue fossilisée sur une pierre. C’est ce que disait mon grand-père, et avant lui son père, et le père de son père : depuis toujours ces montagnes sont maudites. Qui se souvient que quelque chose de beau y ait été conçu, s’y soit développé ?

Nous sommes en haute montagne, en Albanie, une terre de légendes et de superstitions où la neige efface toutes traces de vie…

Alternativement, chapitre après chapitre, Mathias et Lou semblent nous raconter deux histoires différentes, deux destins que tout oppose : l’un est « sacrificateur », en charge d’éloigner les mauvais esprits ; l’autre est une jeune touriste partie pour une semaine de trek en montagne avec son chéri, Elias, et quelques amis de rencontre. L’un, haute stature et gestes lents, semble comme appartenir à ces montagnes : dressé sur un sommet aride et glacé, il s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Il est le seul à connaître les bons gestes, les paroles justes. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle en le contemplant. L’autre, frêle silhouette ployant sous son sac à dos, contemple ses compagnons d’aventure qui marchent devant elle. Leur cordée a l’air si fragile dans ce paysage vertigineux… On dirait six fourmis blanches ! Pas des spécialistes de la marche, mais des jeunes heureux de partir quelques jours dans la nature, accompagnés de Vigan, leur guide chevronné. Or, rien ne va se passer comme prévu… Ni pour Mathias et sa course contre le Mal, ni pour Lou et ses amis, perdus dans une effroyable tempête de neige !

Ce qui fait la force de ce roman, c’est la façon dont on passe, subrepticement, d’un réalisme du quotidien vers la fable, le fantastique… C’est ce que j’aime chez Sandrine Colette : sa capacité à nous inquiéter avec pourtant des choses ordinaires et explicables, mais qui se nimbent au fil de la lecture d’étrangeté. Derrière la belle apparence presque lisse de son écriture très courte, faussement simple, et de son style limpide, se cache une grande brutalité. A mi-voix, sur le ton ronronnant du conteur à la veillée, Sandrine Collette décrit aussi bien la sauvagerie du monde que celle des hommes. J’ai aussi aimé la façon dont elle a fait de la montagne un personnage à part entière, un personnage mystérieux et dangereux, absolument terrible et terrifiant mais aussi vraiment magnifique et majestueux.

Ainsi, sans jamais élever le ton, Sandrine Collette réussit à susciter l’inquiétude, puis l’angoisse, jusqu’à la terreur !

______________________________

⭐⭐  Sandrine Collette, Six fourmis blanches, éd. Denoël, coll. Sueurs Froides, 2015, 288 pages, 19,90 €.

Du même auteur : Des nœuds d’acier & Un vent de cendres.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

8 responses to “[thriller] « Six fourmis blanches » Sandrine Collette”

  1. lepapou says :

    J’ai qualifié ce roman de tourne-pages malgré l’angoisse qui augmente sans cesse.
    Beau billet Mâme Blue.
    Le Papou

    • BlueGrey says :

      C’est exactement ça ! Et je viens de finir « Des nœuds d’acier » du même auteur : tout aussi prenant et terrifiant… Brrr !

  2. 22anjelica says :

    Je n’ai pas ressentie la terreur mais la montée vertigineuse vers l’angoisse, c’est parfaitement fait ! Et cette montagne si terrible, mais si belle.

  3. Hélène says :

    Il m’a tellement fait peur que j’avoue l’avoir abandonné, il réactivait trop de peurs en moi !

  4. yueyin says :

    Ah je ne sais pas, d’un côté c’est tentant, d’un autre je n’aime pas trop avoir peur, alors être terrifiée, brrrr…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :