[mini chronique : roman] « Un long dimanche de fiançailles » Sébastien Japrisot

« Il était une fois cinq soldats français qui faisaient la guerre, parce que les choses sont ainsi. » (p. 13)

Janvier 1917, sur le front de la Somme : cinq soldats français s’automutilent dans l’espoir d’être réformés. Condamnés à mort, plutôt que de les fusiller, on les expédie sous le feu, entre les lignes allemandes et françaises. La peur terrasse le plus jeune d’entre eux, Manech, et lui fait perdre l’esprit. Août 1919, Mathilde a 19 ans. Depuis plus de deux ans, elle n’a plus aucune nouvelle de son bien-aimé Manech, soldat disparu au front. Mais elle ne peut, ne veut croire à sa mort ! Elle part donc en quête de renseignements sur ce qui lui est réellement arrivé…

Sébastien Japrisot est un formidable raconteur : son style est saisissant et ses personnages, lumineux et attachants, sont inoubliables ! Un long dimanche de fiançailles est un roman virtuose et vertigineux : c’est à la fois une grande et belle histoire d’amour, une enquête policière haletante et un roman pacifiste poignant qui dénonce le scandale des « fusillés pour l’exemple », l’incurie des chefs et l’absurdité du conflit. Bouleversant.

« Il avait peur de la guerre et de la mort, comme presque tout le monde, mais peur aussi du vent, annonciateur des gaz, peur d’une fusée déchirant la nuit, peur de lui-même qui était impulsif dans la peur et n’arrivait pas à se raisonner, peur du canon des siens, peur de son propre fusil, peur du bruit des torpilles, peur de la mine qui éclate et engloutit une escouade, peur de l’abri inondé qui te noie, de la terre qui t’enterre, du merle égaré qui fait passer une ombre soudaine devant tes yeux, peur des rêves où tu finis toujours éventré au fond d’un entonnoir, peur du sergent qui brûle de te brûler la cervelle parce qu’il n’en peut plus de te crier après, peur des rats qui t’attendent et viennent pour l’avant-goût te flairer dans ton sommeil, peur des poux, des morpions et des souvenirs qui te sucent le sang, peur de tout. » (p. 26)

______________________________

⭐⭐⭐ Sébastien Japrisot, Un long dimanche de fiançailles, éditions Denoël, collection folio, (2007) 1991, 373 pages, 8,40 €.

Challenge des 500 livres

2 commentaires sur “[mini chronique : roman] « Un long dimanche de fiançailles » Sébastien Japrisot

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :