[roman] « Anguille sous roche » Ali Zamir

Oh, la terre m’a vomie, la mer m’avale, les cieux m’espèrent, et maintenant que je reprends mes esprits, je ne vois rien, n’entends rien, ne sens rien, mais cela ne pèse pas un grain puisque je ne vaux rien (p. 9)

Quelque part dans l’océan Indien, entre l’archipel des Comores et l’île de Mayotte, une jeune femme se noie… Orpheline de mère, fille de Connaît-Tout, nièce de Tranquille, sœur jumelle de Crotale, amante de Vorace… elle est Anguille ! Elle a grandi à Mutsamudu (la capitale d’Anjouan, l’une des trois îles de l’Union des Comores), elle a écouté les légendes, elle a observé les pêcheurs, elle a séché l’école, elle a lézardé sur la terrasse, elle a fumé en cachette, elle est tombé amoureuse, et elle a rêvé d’ailleurs… Et maintenant, dans son dernier souffle, alors qu’elle lutte pour sa survie, elle nous raconte tout ça, tout ce qui a fait sa vie, tout ce qui a forgé son identité et son désir fou de liberté.

Anguille sous roche est un roman expérimental dans sa forme : tout le texte n’est qu’une seule et unique phrase ; la seule ponctuation utilisée est la virgule ; pas de point, pas de pause. Le texte tourbillonne en une logorrhée urgente, heurtée et vagabonde qui mêle lyrisme et réalisme cru, tragédie et comédie, présent et passé, souvenirs et digressions… Tout du long, le texte hésite ainsi entre le « trop » et le « pas assez » ; trop de sensations, pas assez de respirations. Proche de l’oralité, le style, vif et tendu, est porté par les trouvailles d’une langue inventive, musicale, métissée. Bousculé par ce flux verbal qui ondoie et louvoie, dérouté par cette syntaxe accidentée, le lecteur cherche désespérément à reprendre souffle, et se perd parfois dans ce récit « anguilliforme ». L’assemblage, quelque peu instable, tient grâce à la personnalité d’Anguille, femme-enfant effrontée, excessive, sauvage et forte, terriblement attachante, qui, jamais, ne se pose en victime, même quand sa frêle embarcation prend l’eau.

Récit d’apprentissage et d’émancipation, Anguille sous roche est un roman insolite et déroutant. Et, une fois refermé, reste, indélébile, la voix puissante, sensuelle et révoltée d’Anguille qui, en un dernier cri de rage, fait ses adieux.

Que c’est doux de se sentir soi en trépassant

______________________________

⭐ Ali Zamir, Anguille sous roche, éditions Le Tripode, 2016, 317 pages, 19 €.

logo challenge tour du mondeDestination les Comores

10 commentaires sur “[roman] « Anguille sous roche » Ali Zamir

Ajouter un commentaire

    1. C’est un texte exigeant mais au fur et à mesure de la lecture on s’habitue au style, à sa musicalité… On finit même par reconstituer la ponctuation manquante.

  1. Je le tenterais peut-être malgré l’aspect flux verbal, qui peut fonctionner chez moi, si je suis dispo ! Et puis, j’ai tellement adoré Dérangé que je suis, un autre titre de cet auteur.

Répondre à Athalie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :