[roman] « Nulle part sur la terre » Michael Farris Smith

« Le vieil homme avait presque atteint la frontière de la Louisiane quand il les aperçut qui marchaient de l’autre côté de la route, la femme avec un sac-poubelle jeté sur l’épaule et la fillette derrière elle traînant les pieds. Il les regarda quand il les dépassa puis il les regarda dans le rétroviseur et il regarda les autres voitures les ignorer comme de simples panneaux de signalisation. » (p. 13)

Maben et sa fille Annalee marchent depuis trois jours en direction de McComb où les attend un foyer, peut-être un nouveau départ ? L’épuisement les pousse à s’arrêter dans un motel : grave erreur. Russell se dirige lui aussi vers McComb après onze années de prison pour avoir renversé un adolescent un soir d’ivresse. Les deux frères de celui-ci l’attendent dès sa descente du bus, pour se venger, pour se défouler sur lui de la colère accumulée. Un accident et un meurtre plus tard, Maben et Russel vont se croiser et, peut-être, se reconnaître.

Ce roman-là ne manque pas d’atouts : l’intrigue est captivante, la narration habillement menée, l’écriture possède une grande capacité d’évocation (les paysages, les lieux, et surtout les atmosphères), les personnages (principaux et secondaires) sont remarquablement incarnés et le récit, souvent très sombre, s’avère aussi, par moment, très lumineux. Nulle part sur la terre est un roman poignant sur la condition humaine, celle en marge, celle des oubliés, des exclus, qui n’ont de place nulle part sur la terre. A ce titre, Maben et Russel sont terriblement humains et attachants : ces deux-là ont tout perdu mais possèdent une forme d’entêtement à vivre, une persévérance obtus et admirable à continuer, malgré l’adversité ou la culpabilité. Persiste pour eux un ultime, minuscule espoir ; celui d’un simple répit. Et après avoir refermé ce roman, on ne peut s’empêcher de continuer à s’inquiéter pour eux… Signe d’un grand roman !

« Elle s’était rendu compte avec le temps que les mauvais coups, une fois que c’était parti, s’amoncelaient et proliféraient comme une espèce de plante grimpante sauvage et vénéneuse, un lierre qui courait tout le long des kilomètres et des années, depuis les visages brumeux qu’elle avait connus jusqu’aux frontières qu’elle avait franchies et à tout ce qu’avaient pu instiller en elle les inconnus croisés en chemin. Un lierre qui s’étendait et se ramifiait sans cesse, s’entortillait autour de ses chevilles et autour de ses cuisses et autour de sa poitrine et autour de sa gorge et de ses poignets et qui se faufilait entre ses jambes, et en regardant la fillette endormie avec son front brûlé par le soleil et ses petits bras chétifs elle comprit que cette enfant n’était autre que sa propre main crasseuse qui tentait désespérément de s’extirper de cette masse grouillante de chiendent pour se raccrocher à quelque chose de bien. » (p.21)

______________________________

⭐⭐ Michael Farris Smith, Nulle par sur la terre (Desperation Road), traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Demarty, éditions Sonatine, 2017, 361 pages, 21 €.

Du même auteur : Le Pays des oubliés.

6 commentaires sur “[roman] « Nulle part sur la terre » Michael Farris Smith

Ajouter un commentaire

  1. Je suis presque convaincue. Dieu sait que ce genre de roman qui sent la poussière (dans le sens de grands espaces) n’est pas mon genre. mais pourquoi pas.

  2. Un très bon roman dont j’avais dit le plus grand bien « Si le lecteur est pris par la technique de l’écrivain, il succombe aussi au charme des personnages. Tous sont attachants et paradoxe, ce sont leurs faiblesses ou leurs défauts qui attirent notre sympathie ou du moins notre compréhension. »

    1. C’est tout à fait ça, ce sont leurs faiblesses, leurs lâchetés, leurs équivoques qui rendent ces personnages tellement attachants, tellement humains en somme.

  3. J’en garde un bon souvenir. Je ne l’ai pas aimé autant que toi, mais je me souviens que les personnages étaient particulièrement attachants en effet.

    1. Du même auteur j’ai aussi lu « Le Pays des oubliés », que j’ai beaucoup aimé, avec là encore des personnages très attachants.

Répondre à BlueGrey Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :