[roman] « Esprit d’hiver » Laura Kasischke

Esprit d'hiver

Ce matin-là, elle se réveilla tard et aussitôt elle sut : Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux.

C’est le matin de Noël et Holly et son mari ne se sont pas réveillés : lui part précipitamment chercher ses parents à l’aéroport pendant qu’elle s’active en cuisine pour préparer le repas de fête. Mais dehors le blizzard se lève, les routes s’avèrent impraticables, et les invités se décommandent les uns après les autres. Holly se retrouve donc seule avec sa fille adolescente, Tatiana, habituellement affectueuse, mais d’humeur grincheuse ce jour-là, et dont le comportement se révèle de plus en plus étrange…

Au fil des heures, au fil des pages, l’atmosphère devient de plus en plus lourde et tendue entre la mère et la fille. Holly, mère aimante totalement dévouée au bonheur de sa fille, se transforme en inquisitrice, en ogresse dévorante, en marâtre toute-puissante. Tatiana, ado à la fragile beauté, silencieuse et retranchée, se métamorphose en dangereuse inconnue. Entre les deux, une tension sourde et lancinante, angoissante, s’installe peu à peu, et leur relation vire au duel psychologique… Et les failles sur lesquelles s’est bâtie l’histoire de cette famille américaine moyenne se dévoilent une à une : la maladie génétique d’Holly et sa stérilité, l’adoption de Tatiana dans un orphelinat sibérien et les conditions de son départ… Et puis, depuis son réveil Holly a une appréhension : « Quelque chose les a suivis depuis la Russie jusque chez eux ». Le récit glisse alors peu à peu, inexorablement, vers la tragédie, dont le véritable ressort ne sera connu qu’à la dernière page, éclairant l’histoire entière d’une tout autre lumière !

L’écriture de Laura Kasischke est un savant mélange de tranquillité somnolente et de crudité morbide : elle fait ainsi graduellement basculer le quotidien le plus banal dans un curieux mélange de surréalisme et de thriller, de drame psychologique et de surnaturel domestique, de gothique et de gore parfois. En une succession de scènes teintées d’étrangeté (peut-être rêvées, imaginées ?) où même les objets domestiques deviennent inquiétants, elle met en scène un éprouvant huis clos claustrophobique. Son roman, empreint de mélancolie et de fatalisme, s’avère puissamment anxiogène.

Entre drame intimiste et conte fantastique, Laura Kasischke livre une réflexion sur les thèmes de l’adoption, des relations mère-fille, de l’hypersensibilité des artistes et de la folie qui affleure en chacun…

______________________________

♥ ♥ Esprit d’hiver (Mind of Winter), Laura Kasischke, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Aurélie Tronchet, éd. Christian Bourgois Editeur, coll. Littérature étrangère, 2013, 276 pages, 20 €.

Du même auteur : A suspicious river, Rêves de garçons, En un monde parfait.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

12 responses to “[roman] « Esprit d’hiver » Laura Kasischke”

  1. Léa Touch Book says :

    J’aime beaucoup cet auteur surtout Les revenants ! 🙂 je vais sûrement lire celui-là aussi !

    • BlueGrey says :

      Ouiii ! J’ai aussi lu « Les revenants », il est excellent ! Et je viens d’emprunter « A suspicious river » à la médiathèque…

  2. lydieetseslivres says :

    Comme toi, c’est l’atmosphère lourde que sait construire l’auteur qui m’a impressionnée. Même si c’est pratiquement la seule chose que j’ai aimé dans ce livre.

    • BlueGrey says :

      C’est un roman vraiment anxiogène je trouve ! Mais qu’est-ce qui t’a déplu dans ce livre ?

      • lydieetseslivres says :

        Les deux personnages de Tatiana et sa mère, elles mais surtout leur relation m’ont énervée.

      • BlueGrey says :

        Ah oui, je comprends. Leurs réactions sont tellement outrancières par moment qu’elles en deviennent franchement énervantes en effet. Mais je trouve que cela participe à l’atmosphère du roman : quelque chose cloche… Leurs réactions ne sont pas « normales »…

      • lydieetseslivres says :

        Je sais que leurs réactions exagérées font parties de la mise en place de l’intrigue, de l’ambiance et que tout s’explique à la fin du roman. Mais elles m’ont malgré tout beaucoup irritée.

      • BlueGrey says :

        Moi aussi par moment !

  3. 22anjelica says :

    tu ne fais pas dans le gai en ce moment côté lecture !

  4. Séverines says :

    Anxiogène, c’est bien le mot pour ce roman ! Je me souviens avoir eu du mal à dormir après avoir fini Esprit d’hiver, un livre qui ne laisse pas indifférent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :