[théâtre] « Le malade imaginaire » de Molière, mise en scène de Jean Liermier

Argan est malade, du moins s’en persuade-t-il : ça le chatouille et ça le gratouille, ici et là, il étouffe, il halète, et s’en remet à des médecins charlatans. Pendant ce temps, sa seconde épouse, Béline, attend sa mort pour pouvoir hériter, et sa fille Angélique veut épouser Cléante, au grand dam d’Argan qui préférerait la voir mariée à Thomas Diafoirus, un médecin. C’est alors que Toinette, la servante, met son grain de sel, et l’ordre des choses s’inverse : la servante se grime en médecin ; le prétendant devient professeur de musique ; Argan, meurt pour de faux ; son épouse aimante se change en marâtre… Et le subterfuge sert de révélateur pour mettre au jour l’imposture de certains et l’amour véritable d’autres.

Le malade imaginaire

Pour sa dernière apparition sur scène, en février 1673, Molière s’était offert le rôle d’Argan, l’hypocondriaque qui tyrannise sa maisonnée. C’est aujourd’hui Gilles Privat qui s’empare remarquablement du rôle, et campe un Argan aux allures de vieil enfant bougon qui émeut le spectateur dans sa dimension carnavalesque, drôle et pathétique à la fois. Gilles Privat arbore sa blouse de malade avec nonchalance, joue de la sonnette avec hargne et, entre deux saignées, purges ou ingestions de pilules diverses, révise la facture de l’apothicaire avec des commentaires outrés. Gilles Privat rend ainsi palpable l’hypocondrie d’Argan sans pour autant trahir le ridicule du personnage et tout en inspirant l’affection.

Le jeu est vif, enjoué, léger, tout comme le texte : les mots deviennent fous, ils prolifèrent et se répandent en cascades jubilatoires et jargonnantes dans des échanges savoureux et d’une étonnante actualité!

Le malade imaginaire

Quant au décor, il est constitué d’un curieux mélange d’époques (une chambre bourgeoise du XVIIe avec boiseries et tapisseries, mais équipé d’un lit médicalisé contemporain), de réalisme et d’onirisme. Ainsi, tandis qu’Argan passe une partie de son temps assis sur les toilettes d’un cabinet qu’il fait sortir du décor en levant sa canne, d’étranges apparitions (des marionnettes géantes aux allures goyesques) peuplent ses cauchemars et ses fantasmes…

Une pièce hilarante et tragique à la fois.

______________________________

♥ ♥ Le malade imaginaire
De Molière
Mise en scène de Jean Liermier
Avec Madeleine Assas, Pierre-Antoine Dubey, Philippe Gouin, Sabrina Martin, Philippe Mathey, Jacques Michel, Gilles Privat, Marie Ruchat
Durée : 1h50
Spectacle vu le 15/04/2014 à la Scène Nationale d’Albi.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :