[théâtre] « Constellations » de Nick Payne, mise en scène d’Arnaud Anckaert

Constellations

Marianne est physicienne, Roland est apiculteur. Ils se rencontrent lors d’un barbecue…

Constellations, c’est donc l’histoire d’un homme et d’une femme, de leur rencontre, de leur relation, de leur séparation, de leurs choix face à l’adversité… On pourrait se croire dans une comédie romantique, mais très vite la scène dérape, ou plutôt s’enraille, et se répète, avec des variations plus au moins sensibles : un coup, Roland est déjà en couple et l’histoire d’amour est donc mort-née, un coup, il est libre et la romance peut commencer… ou pas. Une fois Roland se laisse séduire, et la fois suivante ils ne s’embrassent même pas… Les comédiens rejouent la même scène en y apportant d’infimes variations : une intonation, un regard, une réplique diffèrent et le cours de l’histoire en est totalement chamboulé ! Le temps s’étire et se condense, ellipses, flash-back et flash-forward se succèdent en un dédale de micro-scènes…

ConstellationsPhoto : Bruno Dewaele

Ces fragments d’un discours amoureux dépassent l’exercice de style grâce à l’écriture résolument contemporaine du texte, et au jeu sobre et à la subtilité des comédiens. Leur talent parvient à faire oublier le décor tristouille (ou plutôt l’absence de décor : scène vide et murs beigeasses) et nous permet de passer outre les quelques langueurs du procédé qui pourraient faire perdre en émotion. Les deux comédiens, Noémie Gantier et Maxence Vandevelde, traversent une multitude d’états (tendres, drôles, puis tout à coup durs ou cyniques), parfois très vite, sans perdre en justesse. Les dialogues, sous leur apparente simplicité, sont percutants, singulièrement bien écrit : les répliques sont courtes et sèches, incisives, parfois crues… ça claque !  Et les silences s’avèrent aussi importants que le texte : les non-dits et les sous-entendus laissent deviner tant d’autres possibles…

Grave, légère, drôle et émouvante, cette pièce interroge avec finesse notre libre arbitre, notre relation à la vie, au temps qui passe, au couple, à la maladie, à l’amour… Sans oublier bien sûr la physique quantique et les abeilles !

Une pièce singulière et forte, véritablement profonde sous son apparence de divertissement.

______________________________

⭐⭐ Constellations
Texte : Nick Payne
Traduction : Séverine Magois
Mise en scène et scénographie : Arnaud Anckaert
Avec Noémie Gantier & Maxence Vandevelde
Durée :
Spectacle vu le 26/07/2014 au Festival d’Avignon off.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :