[polar] (Walt Longmire 1) « Little bird » Craig Johnson

– Bob Barnes dit qu’ils ont trouvé un corps sur les terres du Bureau d’Aménagement du Territoire… Ligne une.

Walt Longmire, un ancien du Vietnam, est le shérif du comté d’Absaroka, dans le Wyoming, comté le moins peuplé de l’Etat le moins peuplé des Etats-Unis ; un trou perdu aux pieds des Big Horn Mountains, un lieu hostile et magnifique à la fois. Un endroit où tout le monde se connaît, et où tout le monde, ou presque, se tient à carreau. Y vivent des cow-boys solitaires, et y survivent, dans une réserve, des Indiens Cheyenne. Alors que l’hiver s’installe et que le blizzard menace, un corps est découvert, celui de Cody Pritchard, l’un des quatre jeunes types condamnés deux ans plus tôt à presque rien pour le viol d’une gamine indienne, Melissa « Little Bird ». Ce meurtre aux airs de vengeance en appellera d’autres et avivera les tensions entre les deux communautés…

Avec Little Bird, premier volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson dépasse les limites du genre western-policier. Il évoque avec lyrisme la beauté mais aussi la cruauté des grands espaces ; il mêle le loufoque au tragique avec un vrai sens du dialogue ; et surtout, surtout, il a un vrai talent pour dresser le portrait de personnages atypiques, entiers, et très attachants.

En premier lieu, il y a donc Walt Longmire, montagne de muscles au cœur tendre qui ne supporte ni la violence, ni l’injustice, ni l’idée de décevoir ses amis. Depuis la mort de sa femme quatre ans plus tôt et le départ de sa fille Cady (brillante avocate) il se laisse aller et noie son désœuvrement dans la bière en attendant la retraite. Il y a aussi Vic, l’adjointe de Walt, dont il espère faire son successeur, ravissante créature aux muscles d’acier et au vocabulaire imagé. Il y a Henry « Standing Bear », copain d’enfance de Walt, tenancier de bar guidé par les esprits des anciens, colosse doté d’un charme et d’un humour ravageurs. Il y a Lucian, le mentor de Walt, l’ancien shérif unijambiste vivant à la maison de retraite mais toujours prêt à reprendre du service. Il y a Ruby, la fringante secrétaire sexagénaire de Walt. Et il y a le chien, aussi… Et tant d’autres !

Et puis, sans grandiloquence, il y a aussi de grands sentiments (des amitiés indéfectibles, des actes de bravoures, des histoires d’amour aussi intenses qu’impossibles…) et l’évocation à mi-voix de l’Esprit des Vieux Cheyennes qui continuent à veiller sur les vivants depuis le Pays des Morts.

Au rythme lent d’un enquêteur faussement débonnaire, l’histoire devient rapidement totalement addictive !

______________________________

⭐⭐ Craig Johnson, Little bird (The Cold Dish), traduit par Sophie Aslanides, éditions Gallmeister, collection Totem, 2011 (2004), 421 pages, 10,20 €.

Publicités

12 commentaires sur “[polar] (Walt Longmire 1) « Little bird » Craig Johnson

Ajouter un commentaire

  1. Peu féru de polar en général, j’ai tout de suite adhéré à cette série car Craig Johnson y fait la part belle à ses personnages (trop souvent négligés et survolés au profit de l’intrigue dans la plupart des polars) sans que l’intrigue en pâtisse pour autant. Et c’est à chaque nouvel opus un plaisir renouvelé de retrouver la bande à Longmire.
    j’espère que tu prendras autant de plaisir à lire les autres volumes de la série.

  2. Bon, shame on me, je n,avais pas lu ta réponse à un commentaire…Je me disais aussi …
    🙂
    Le Papou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :