[anticipation] « Marche ou crève » Stephen King / Richard Bachman

Marche ou crève - Stephen King

« La Longue Marche » : cent concurrents au départ, un seul à l’arrivée. Pour les autres, qui abandonnent, qui ne peuvent tenir la cadence, une balle dans la tête : marche ou crève. Une émission de télévision très populaire dont le gagnant aura, pour prix de son exploit, la possibilité de posséder tout ce qu’il désire pendant le restant de ses jours, s’il désire encore quelque chose après ça. Ray Garraty, seize ans, s’est inscrit. C’est de son point de vue que nous assistons, ou plutôt que nous participons à cette longue marche, kilomètre après kilomètre, page après page. La fatigue, la soif, les amitiés fugacement liées qui s’achèvent dans un aboiement de fusil et, pire que tout, la foule… Cette foule compacte, hurlante, sans visage, qui s’amasse le long de la route et harangue les concurrents dans un délire paroxystique de plus en plus violent. Et les concurrents, étrangement consentants, continuent d’avancer sur les cadavres des éliminés, sans que l’on comprenne les raisons qui les ont incités à participer à ce jeu de massacre.

Stephen King, sous la signature de Richard Bachman, propose ici un roman d’anticipation dur et violent qui nous interroge sur les dérives de la téléréalité et sur le voyeurisme sadique du spectateur (ou lecteur) lambda. Car le lecteur est pris par cette histoire au style tranchant et, entre dégoût et fascination, il ne peut s’empêcher de poursuivre sa marche au rythme hypnotique des pages qui se tournent…

______________________________

♥ Stephen King (Richard Bachman), Marche ou crève (The Long Walk), traduit de l’américain par France-Marie Watkins, éd. Le Livre de Poche, coll. Fantastique, 2004 (1979), 378 pages, 7,10 €.

Du même auteur : Misery & Mr Mercedes.

Publicités

Étiquettes : , , , , , ,

6 responses to “[anticipation] « Marche ou crève » Stephen King / Richard Bachman”

  1. Ingannmic says :

    Ce roman m’a bluffé par la capacité de King à nous maintenir en haleine avec pour seul synopsis l’histoire de types qui marchent… comme il le fait dans Misery, Cujo, Jessie (et sûrement d’autres que je n’ai pas lus), récits qui se déroulent dans des cadres extrêmement restreints.

  2. yueyin says :

    Ah je ne connaissais pas, il a de sacrées idées le Stephen, c’est un peu l’angoisse du siècle qu’il préfigure: jusqu’où iront les nouveaux jeux du cirques…

  3. totorotsukino says :

    j’avais trouvé ça vraiment bien, mais je me demande ce qui peut pousser ces types à postuler volontairement pour un jeu comme ça..!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :