[roman] « Aux deuils de l’âme » Jean-Baptiste Ezanno

Aux deuils de l'âme - Jean-Baptiste Ezanno

Le roman se déroule sur trois jours et donne la parole, en courts chapitres successifs, à trois personnages principaux : Jonathan, un homme de 40 ans, agent immobilier ; Albane, une adolescente de 15 ans en rupture scolaire ; et Solange, une énigmatique jeune femme de 25 ans.

Très vite, la façon dont Jean-Baptiste Ezanno décrit Jonathan, cet homme au charme froid et distant, solitaire, et la manière dont il le fait réagir, nous met mal à l’aise… On devine en lui une part d’ombre qu’il s’évertue à dissimuler (« Et puis, il faudrait donner le change aux autres, ne pas leur montrer en quoi nous pouvons être différent d’eux. Se conformer à la norme, voilà le secret de toute intégration réussie. » p. 112). La jeune Albane, elle aussi, a sa part de mystère : dans un langage très mûr, inadapté à son jeune âge, elle livre sans retenu ses sentiments, très sombres, sur l’amitié, la sexualité, la maladie, la mort… Elle parait très solitaire, socialement inadaptée et totalement désenchantée. Quant à Solange, elle est aussi, de prime abord, assez énigmatique : à différents moments de la journée, elle apparait à Jonathan, mais reste étrangement silencieuse et distante, puis disparaît… posant ainsi les jalons d’un jeu dont la finalité échappe à Jonathan, mais qui l’amuse autant qu’il l’intrigue : menace ou fantasme ? Au tiers du roman, la face à face entre Jonathan et Solange va enfin avoir lieu et, aux deux tiers du roman, c’est la trajectoire d’Albane qui va croiser celles de Jonathan et Solange… Mais ce n’est que dans les dernières pages que ce roman nous révèle sa véritable histoire ; une histoire perverse, sombre et tragique, une histoire où se côtoient et se mêlent le bien et le mal, à tel point que l’on peine, parfois, à discerner l’un de l’autre…

Dès les premières pages, il se dégage de ce roman une inquiétante étrangeté, intrigante et captivante dans un premier temps, mais qui se mue en perplexité quand, du thriller psychologique, on passe au questionnement philosophique (voire théologique). Non que les questions soulevées (sur le bien et le mal, le hasard et la destinée, la prédestination et le libre-arbitre) soient inintéressantes, loin de là. C’est plutôt dans la forme que ce roman pêche par moment : les situations devant amener le lecteur à la réflexion sont parfois tellement « apprêtées » qu’elles paraissent « factices » (notamment dans le langage excessivement mûr et inadapté d’Albane et dans le face à face languissant et répétitif entre Jonathan et Solange) : on n’y croit plus ! En outre, la multiplication des parenthèses insérées dans la narration, à chaque phrase, s’avère vite agaçante (pour ne pas dire exaspérante) : un artifice stylistique superflu, frisant le tic.

Un premier roman très singulier donc, inhabituel et surprenant, qui nécessite un certain investissement du lecteur, et que l’on referme avec de multiples interrogations…

______________________________

⛔ Jean-Baptiste Ezanno, Aux deuils de l’âme, éditions L’âge d’homme, 2016, 559 pages, 24 €.

Ce roman m’a été offert par les Éditions L’Âge d’Homme, merci à eux.

Publicités

4 commentaires sur “[roman] « Aux deuils de l’âme » Jean-Baptiste Ezanno

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :