[polar] (Adamsberg 1) « L’homme aux cercles bleus » Fred Vargas

Ce type, se dit Danglard, il est attentif à tout, ce qui fait qu’il ne prête attention à rien. (p. 57)

Depuis quatre mois, de grands cercles bleus dessinés à la craie apparaissent la nuit sur les trottoirs de Paris, emprisonnant des objets insolites (capsule de bière, briquet, tête de poupée, trombone…). Et, toujours, une étrange ritournelle les accompagne : « Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ? ». Le phénomène amuse les habitants et les journalistes, jusqu’au jour où le corps d’une femme égorgée est retrouvé au centre de l’un des cercles…

L’homme aux cercles bleus est le premier roman où apparaît le célèbre commissaire Adamsberg, personnage fétiche de Fred Vargas. Cette première enquête permet donc à Fred Vargas de nous présenter son héros : Adamsberg est un homme brumeux, rêveur et ambivalent, à la fois fascinant (intuitif et très intelligent) et déconcertant (un peu perché), qui sème le trouble dans l’esprit de ses subordonnés, à commencer par son second, l’inspecteur Danglard, un être rationnel et ironique, à la marmaille envahissante, amateur de vin blanc et de savoir livresque. On rencontre aussi dans ce premier opus la Reine Mathilde et on devine une présence féminine évanescente dans la vie d’Adamsberg, Camille (dite « La Petite Chérie »), à peine évoquée mais pourtant obsédante… Et l’enquête passe au second plan. Mais l’intérêt ici est autre ; il se situe dans les nuances des caractères dépeints par Fred Vargas et dans leurs interactions, leur façon de fonctionner ensemble. Car, finalement, l’intrigue trouve son ancrage et son dénouement grâce à la pierre que chacun apporte, à sa manière, à l’édifice. Et donc, si l’intrigue n’est pas franchement palpitante et le style parfois lourdaud, on suit tout de même avec plaisir les divagations de ce commissaire pas comme les autres.

Mais Adamsberg n’a pas besoin de se distraire pour vivre, vous me comprenez ? Donc il vit, en mélangeant tout d’ailleurs, en mélangeant les grandes idées et les petits détails, en mélangeant les impressions et les réalités, en mélangeant les verbes et les pensées. En confondant la croyance des enfants et la philosophie des vieux. Mais il est vrai, et il est dangereux.
(p. 96)

______________________________

♥ Fred Vargas, (Adamsberg 1) L’homme aux cercles bleus, éditions Viviane Hamy, 1996 (1991), 213 pages, 85 F.

Du même auteur : (Adamsberg 2) L’homme à l’envers.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , ,

8 responses to “[polar] (Adamsberg 1) « L’homme aux cercles bleus » Fred Vargas”

  1. keisha41 says :

    J’ai beaucoup aimé; tiens oui j’ai aussi un peu délaissé l’auteur…

    • BlueGrey says :

      J’ai bien aimé, mais c’est typiquement le genre de roman que je lis sans déplaisir mais que j’oublie très vite une fois refermé.

  2. yueyin says :

    Tu n’aimes pas son style ? J’adore, Vargas est une des rares auteures qui me fait me précipiter sur chaque nouvel opus 🙂

  3. 22anjelica says :

    Ce n’est pas son meilleur, c’est pour cela …

    • BlueGrey says :

      J’en ai lu quelques autres depuis, mais je garde cette même impression sur le style, un peu « lourdaud »… Bref, toujours pas fan du fameux commissaire !

  4. Hélène says :

    J’aime beaucoup cette auteure, mais je me rappelle que celui ci ne faisait pas partie de mes préférés…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :