[roman] (Les cahiers de Céline 3) « Le cahier bleu » Michel Tremblay

En cette belle journée ensoleillée débute le RDV bloguesque annuel de « Québec en novembre », toujours organisé par les copinautes Yueyin et Karine. Et j’inaugure ce mois thématique avec le dernier tome des cahiers de Céline dont je vous avez présenté les deux premiers tomes l’année dernière… Il était temps de conclure ! Ce livre constitue donc le dernier tome de la trilogie et, pour bien apprécier ce récit, il est préférable d’avoir lu les deux premiers tomes.

Alors sans plus réfléchir j’ai sauté à pieds joints dans mon destin en me récitant tous les lieux communs que je connaissais : advienne que pourra, que sera sera, à Dieu-vat, l’avenir appartient aux audacieux, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, fuck la marde.

Après la fermeture du Boudoir, le bordel de travestis dont elle était l’hôtesse (voir Le cahier rouge), Céline Poulin reprend du service au Sélect (voir Le cahier noir), restau un peu miteux de la Main, boulevard mal famé de Montréal. Toujours entourée de sa « famille » d’éclopés, de travestis, de guidounes et de folles, Céline poursuit sa route vers l’émancipation… et tombe amoureuse ! Mais l’élu, Gilbert Forget, grands yeux bleus, fossettes irrésistibles et air romantique semble inaccessible ! Comment un homme si beau tomberait-il en amour avec une femme comme elle ? La jeune femme entreprend alors une enquête sur le passé de son homme, enquête qui lui fera découvrir de nombreux secrets enfouis depuis longtemps dans la mémoire des travestis de la Main qui ont connu la mère de Gilbert et sa pathétique histoire…

Après le flamboyant cahier rouge, Michel Tremblay s’assagit ici et raconte avec tendresse la suite des aventures de Céline. Il se dégage de ce roman un sentiment d’apaisement, chaque personnage, et surtout Céline, comprenant qu’il doit s’accepter et accepter son entourage tel qu’il est… En se déprenant petit à petit de l’idée que personne ne peut l’aime, Céline est en plein dans ce processus d’acceptation, aidée en cela par la tenue de son journal qui lui permet de mettre au clair ses pensées : c’est par l’écriture que Céline apprend à se réaliser.

En effet, les trois romans de cette trilogie racontent aussi la venue à l’écriture de Céline Poulin : en trois livres, on assiste à un apprentissage de l’écriture. Le premier, Le cahier noir, n’est qu’un journal personnel où Céline raconte aussi bien les petits événements et grands bouleversements de sa vie que ses douleurs intimes (son audition qui n’a pas fonctionné, le rejet par sa mère…). Le second, Le cahier rouge, est plus festif : Céline, qui est alors hôtesse dans un bordel, y croque avec humour les portraits de ses ami(e)s « pas comme les autres ». Elle commence à apprécier l’écriture, découvre la fiction et aime en inventer des bouts. Ce troisième cahier, Le cahier bleu, est celui de l’accomplissement, le livre par lequel elle devient un écrivain, au point même de s’inventer un faux narrateur ! Et quel plaisir de retrouver l’écriture de Céline, ce mélange de spontanéité faubourienne et de lucidité qui donne à son récit ses accents les plus justes et troublants !

Michel Tremblay clôt ainsi sa belle trilogie en réaffirmant ce dont toute son œuvre parle : en faisant l’éloge de la différence et de l’art (ici, l’écriture) comme outil d’émancipation.

______________________________

⭐ Michel Tremblay, (Les cahiers de Céline 3) Le cahier bleu, éditions Actes Sud, 2006 (2005), 313 pages, 20 €.

Du même auteur : Le cahier noir & Le cahier rouge.

logo Québec en novembre 2016

Publicités

11 commentaires sur “[roman] (Les cahiers de Céline 3) « Le cahier bleu » Michel Tremblay

Ajouter un commentaire

  1. Je note. J’ai lu de cet auteur il y a bien longtemps Un ange cornu avec des ailes de tôle, et j’avais beaucoup aimé son ton truculent. Malgré cela, je n’ai jamais renouvelé l’expérience. Il y a peu, j’ai failli acheter l’un de ses romans, mais ayant lu sur la 4e de couverture qu’il s’agissait du énième volt ‘une saga, je l’ai reposé. Une trilogie me paraît plus abordable…

    1. J’avais moi aussi beaucoup aimé « Un ange cornu avec des ailes de tôle », et je te conseille aussi « La grosse femme d’à côté est enceinte », un roman plein de tendresse et de personnages truculents !

  2. Je ne connaissais pas cette trilogie, je note. J’ai prévu pour ma part de relire « le coeur à nu et le coeur découvert » que j’avais adoré quand j’avais 20 ans !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :