[roman] « La Nature des choses » Marianne Brun

La Nature des choses - Marianne Brun

Tout a commencé par un appel téléphonique. Il était 21 heures 21. L’été 1982 venait de commencer. Les autocars roulaient sans encombre, le Tour de France partait le lendemain depuis la Suisse, la demi-finale catastrophique entre la France et l’Allemagne de l’Ouest durant la Coupe du monde de football n’avait pas encore eu lieu, le groupe Blondie était soudé, Patrick Dewaere toujours en vie, le Sida n’existait pas, Internet non plus, ni E.T., ni même Thriller. (p. 9)

Lausanne, été 1982. Gaby, « en vrai c’est Gabrielle », neuf ans « presque et demi » est une petite fille vive et malicieuse qui s’apprête à lire son « premier vrai roman » en compagnie de sa tortue Dynamite. Mais ce soir-là, rien ne va : un coup de fil, et son monde s’écroule. Sa mère pleure, crie « Salaud ! Salaud ! », embarque meubles, fille et tortue, et va se réfugier chez l’oncle Riton, concierge d’un immeuble pourri dans le sordide quartier des abattoirs. Gaby est consternée et n’a plus qu’une seule idée en tête : retourner auprès de son père. Mais comment faire ? Peut-être le vieux Jonas, résidant au 4e étage, pourrait-il l’aider ? Car Jonas possède un Solex !

La Nature des choses est un « feel good book », un petit livre plein de fraîcheur, de farfelu et d’humour, porté par des personnages hauts en couleur habillement croqués. A commencé par Gaby, gamine débrouillarde et maligne, un peu dépassée par les événements mais bien décidée à mener son monde ! Il y a aussi sa mère, Adélaïde, qui déprime en écoutant Cure (ce qui n’a jamais consolé personne) ; l’oncle Riton, toujours gueulard, toujours tiré à quatre épingle, et qui cache bien son jeu ; le vieux couple du 4e, Jonas et Solange, délicieusement fantasques, et amoureux comme au premier jour ; Gilou, prêt à se mettre à nu (littéralement) pour conquérir sa belle ; sans oublier le Café du Boucher (personnage à part entière), sa patronne plantureuse et ses habitués… Et les péripéties s’enchaînent avec une belle vigueur narrative !

Les romans adoptant le point de vue d’un enfant sont souvent « à côté », pour ne pas dire ratés. Pas celui-ci (malgré quelques longueurs). Ici, on se laisse porter par la fausse candeur de Gaby et son récit espiègle où les malheurs contiennent une dose de burlesque et où le burlesque sait être touchant. Car la légèreté du ton recouvre un propos plus grave : cet été 1982 sera pour Gaby un bouleversement : elle va découvrir les silences, les mensonges et les failles du monde des adultes et comprendre qu’elle va devoir y trouver sa place…

La Nature des choses doit aussi une partie de son charme à son cadre : Marianne Brun fait revivre avec justesse les années 1980 en ponctuant son récit de détails et références comme autant de clins d’œil au lecteur : en ce temps-là, on écoutait Blondie, le divorce n’était pas encore banal, l’ordinateur innovait avec le Commodore 64, le Tour de France partait de Suisse, le Sida n’existait pas, Internet non plus, et l’homosexualité était hors-la-loi.

Marianne Brun nous entraîne ainsi dans un roman initiatique joyeux, tendre et drôle, où la gravité du propos est allégée par le regard frais de sa jeune narratrice.

______________________________

⭐ Marianne Brun, La nature des choses, éditions L’Age d’Homme, 2016, 273 pages, 18 €.

Du même auteur : L’accident.

Ce roman m’a été envoyé par les Éditions L’Âge d’Homme, merci à eux.

Publicités

6 commentaires sur “[roman] « La Nature des choses » Marianne Brun

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :