[nouvelles] « En forme de cœur » Amy Hempel

Composé de sept nouvelles et d’une novella qui donne son titre à ce recueil, En forme de cœur met en scène des personnages ordinaires dans des moments ordinaires : une journée entre amis autour d’un barbecue, une échappée après une rupture, le retour sur une plage du passé…

Le style d’Amy Hempel est pointilliste : elle tisse des intrigues avec trois fois rien, des bribes de dialogues, quelques pensées évanescentes, des moments suspendus, des images fragmentées, d’infimes détails saisis au vol… Elle évoque plus qu’elle ne montre. Puis, les détails s’unissent et prennent sens, forment des récits faits d’instants dérisoires mais hautement suggestifs. Dans ses écrits, rien de superflu : chaque mot résonne et creuse au plus profond de l’intime. Qu’elle parle de parentalité, de deuil ou de rupture, Amy Hempel parle juste, sans jamais céder à la mièvrerie. C’est délicat et fragile, parfois âpre et teinté d’ironie, comme la vie.

Puis, les enfants vont se coucher, ou du moins montent au premier, et les hommes rejoignent les femmes, le temps de fumer une cigarette sur la galerie, arrachant d’un air absent des tiques gonflés comme des raisins à la peau des chiens endormis. Et quand les hommes embrassent les femmes pour leur souhaiter une bonne nuit, et que leur barbe naissante du week-end pique et irrite les joues des femmes, les femmes ne pensent pas « rase-toi », elles pensent : reste. (p. 16)

De ce minimalisme naît une poétique hypnotique un peu instable : si, le plus souvent, on se laisse happer et transporter par le rythme doux et méditatif, on perd aussi, parfois, un peu pied. Car chaque récit garde une part d’ombre et d’incertitude. C’est ce qui fait la poésie des écrits d’Amy Hempel, c’est aussi ce qui crée le trouble chez le lecteur, irrémédiablement désorienté.

Pour apprécier les nouvelles d’Amy Hempel, il faut en accepter la singularité.

Il y a l’objet non identifié qui vole. Quand l’un ou l’autre d’entre nous le repère suspendu dans les airs au-dessus de la maison, nous saisissons tous un livre et courons sur la pelouse en brandissant les livres pour leur montrer le genre de gens que nous sommes.
Shakespeare et Tolstoï !
Cours chercher Jane Auste ! (p. 43)

______________________________

⭐ ⭐ Amy Hempel, En forme de cœur (Tumble Home), traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Pierre Carasso et Jacqueline Huet, éditions Cambourakis, 2014 (1997), 109 pages, 16,50 €.

Publicités

2 commentaires sur “[nouvelles] « En forme de cœur » Amy Hempel

Ajouter un commentaire

    1. Ce livre était dans ma PAL depuis… Pffft ! Ce joli mois de #maiennouvelles a été une belle occasion de le découvrir enfin, et il le vaut bien ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :