[roman] « Dans les westerns » Gilles Leroy

Été 1948, Arizona : L’irrésistible Bob Lockhart, jeune premier à la James Dean, rencontre Paul Young, déjà vedette, lors du tournage d’un mauvais western. A l’écran, ils jouent les frères-ennemis se disputant le cœur de Joan Ellis, starlette façonnée par les studios hollywoodiens. Hors-champ, les deux hommes se rapprochent sous le regard amusé, sidéré ou inquiet des maquilleuses, techniciens et cameramans… Mais la pression sociale et celle des studios, des ligues de décence et des comités de censure, ainsi que les attaques de la presse auront raison de leur histoire : après sept années de « colocation » et de rumeurs, les deux hommes se séparent. Paul quittera les plateaux de cinéma pour se marier, reprendre l’entreprise paternelle, devenir sénateur ; Bob deviendra star avant de sombrer dans l’alcool et la drogue.

Automne 2004, Manhattan : le film de 1948 ressort colorisé et restauré et les acteurs sont invités à sa projection en avant-première. Mais Bob est malade, Bob ne viendra pas. Le narrateur du roman, écrivain, profite de l’événement pour récolter les témoignages de ceux qui côtoyèrent Bob ; Paul et Joannie (toujours un peu amoureuse de Bob) bien sûr, mais aussi Lennie Lieberman (ami et impresario de Bob), et rassemble les fragments épars de cette histoire cachée. Ainsi, par le jeu des interviews, par ces témoignages éclatés parfois contradictoires, se dessine façon puzzle le portrait d’un homme magnétique devenu légende !

Au-delà du portrait sensible d’un amour impossible, c’est aussi toute une époque que dépeint Gilles Leroy : le Hollywood des années 1950, fabrique d’icônes et machine à névroses, où le puritanisme sert de prétexte aux discriminations, où les homosexuels se cachent pour s’aimer, et où le maccarthysme établit ses « listes grises »… Et si ce double portrait (d’une icône et d’une époque) est plutôt réussi, je ne suis toutefois pas totalement parvenue à « entrer » dans cette histoire. Peut-être à cause de style, un peu mou ; peut-être aussi parce qu’à force de perfection et de silence, Bob reste insaisissable.

______________________________

⭐ Gilles Leroy, Dans les westerns, éditions Mercure de France, 2017, 313 pages, 21 €.

Publicités

6 commentaires sur “[roman] « Dans les westerns » Gilles Leroy

Ajouter un commentaire

  1. Je suis d’accord avec toi, Bob est un personnage par certains côtés insaisissable, parfois même détestable. Mais contrairement à toi, je ne suis pas resté extérieur à cette histoire. Peut-être est-ce parce que j’y ai lu la relation qui a uni Cary Grant et Randolph Scott plutôt que celle de Bob et Paul..

  2. je me demandais si cela avait un fond de vérité, apparemment oui, avec Cary Grant. Mais je ne suis ps trop tentée, j’avais lu son livre sur Zelda F. et je n’avais pas plus accroché que cela.

    1. Oui, le couple central, Bob et Paul, est calqué sur Cary Grant et Randolph Scott même s’ils ne sont jamais explicitement nommés. Par contre ils croisent un « casting » impressionnant : Mae West, Montgomery Clift, Marlon Brando, John Wayne, Humphrey Bogart, Paul Newman, James Baldwin… tous dans leurs propres rôles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :