[roman] « Les noces du palais » Naguib Mahfouz

Le Caire, années 1970. Abbas vient d’écrire une pièce à succès qui ne fait pas le bonheur de tous : En effet, il y met en scène les turpitudes (réelles ou imaginaires ?) de son entourage (les mœurs dissolues de sa mère, la fourberie de son père, la veulerie et la corruption de ses collègues, et même la cause du décès récent de sa femme qui aurait été assassinée). Or, Abbas est le fils du souffleur et de la caissière du théâtre où se joue la pièce : le drame se joue donc aussi bien sur scène que dans les coulisses, chaque membre de la troupe semblant se reconnaître dans tel ou tel personnage ! Au sein du microcosme du théâtre, la pièce d’Abbas va servir de révélateur aux désirs enfouis et rivalités haineuses de chacun : les disputes, règlements de comptes et empoignades se succèdent…

Dans le roman, quatre personnages se succèdent pour raconter la même histoire, chacun selon sa propre perspective : d’abord Tariq, l’acteur principal, ancien amant éconduit de la femme d’Abbas, accuse ce dernier d’avoir dénoncé le tripot clandestin de ses parents à la police mais aussi d’avoir causé la mort de sa femme et de son fils ; le père d’Abbas, toxicomane et véreux, accrédite les accusations de Tariq contre son propre fils ; la mère d’Abbas ne peut croire que son fils bien-aimé l’ait dépeinte avec autant de noirceur et espère encore qu’il la sauvera de son quotidien misérable ; enfin, Abbas apparait comme un idéaliste écorché vif qui se sert de ses écrits pour exorciser son passé, entre colère et culpabilité. C’est son récit, le dernier, qui permet d’enfin saisir l’ensemble de l’histoire : il nous éclaire non seulement sur ce qui s’est passé mais aussi sur le processus créatif lui-même.

Car ce récit s’enrichit d’un discours métafictionnel qui interroge les rapports de la fiction au réel : Autant les personnages du livre que le lecteur en viennent à douter de ce qui relève du réel et de ce qui vient de l’imaginaire de l’auteur (tant fictionnel que réel, Abbas et Naguib Mahfouz), en une série de mises en abyme concentriques abyssales.

– […] Est-ce que tu as la moindre preuve contre lui ?
– Sa pièce.
Il éclata d’un rire narquois :
– Il n’est pas une pièce de théâtre qui ne porte une accusation, mais pour aller au tribunal, il faut bien d’autres arguments ! (p.28)

Les noces du palais est un roman expérimental, très moderne dans sa forme (déconcertante de prime abord) : il est empreint d’oralité, entremêle les récits (donnant des versions contradictoires d’une même histoire), marie l’absurde et la fiction à la réalité, et use d’un ton très alerte, teinté d’ironie. C’est vif et déroutant, parfois un peu difficile à suivre, mais réjouissant !

______________________________

⭐⭐ Naguib Mahfouz, Les noces du palais (Afrâh al-Quba), traduit de l’arabe (Égypte) par France Meyer, 2015 (1981), éditions Actes Sud, 162 pages, 17,50 €.

Une lecture commune avec les membres du groupe Lire le monde dont voici les billets : Inganmic a lu Le voleur et les chiens, Kathel a lu Son excellence et Le Bouquineur a lu L’amour au pied des pyramides.

 

logo challenge tour du mondeDestination Egypte

Publicités

13 commentaires sur “[roman] « Les noces du palais » Naguib Mahfouz

Ajouter un commentaire

  1. Je ne connais pas ce roman qui ne ressemble pas vraiment à ce que je connais de Naguib Mahfouz. Je me laisserai peut-être tenter !

    1. Ce roman a un style vraiment très particulier, déstabilisant dans les premières pages, mais c’est ce qui donne sa vivacité au récit.

  2. Je trouve cela très tentant moi aussi, le procédé narratif m’évoque un peu celui qu’utilise Nancy Huston dans « Une adoration », où la fiction ou le réel s’entremêlent dans une suite d’auditions suite à un meurtre, et où l’on ressent une forte dimension théâtrale. J’ai personnellement découvert Naguib Mahfouz avec cette LC, mais j’ai l’impression qu’il a écrit des textes très variés.

    1. Je ne connais pas le livre de Nancy Huston que tu cites, mais cela m’interpelle !
      Quant à Naguib Mahfouz, c’est un auteur prolifique qui apparemment a exploré des styles bien divers… Ta lecture semble bien éloigné de la mienne. Mais je suis heureuse d’avoir découvert cet auteur grâce à cette lecture commune et je ne compte pas en rester là avec lui !

  3. Un auteur très connu dans le monde arabe et je suis ravie de lire ton avis 🙂
    J’aime l’idée de lectures différentes, stimulantes… L’idée du club est plus que tentante 😉

    1. J’ai découvert cet auteur grâce à cette lecture commune, et c’est une bien jolie découverte ! J’aime ces lectures communes qui permettent d’aller vers de nouveaux auteurs, de nouveaux horizons, qui me sortent de mes lectures habituelles…

  4. J’ai lu Impasse des deux palais l’an dernier, j’avais beaucoup aimé. J’ai l’impression que sa forme est beaucoup plus classique que celui-ci, par contre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :