[nouvelles] « Scènes de vie villageoise » Amos Oz

Scènes de vie villageoise est un recueil de nouvelles ; huit nouvelles comme autant de chapitres d’un roman dont le personnage principal serait un village. Le village, c’est Tel-Ilan, en Israël, un petit village centenaire, accablé de chaleur, somnolent. Un village où la vie s’écoule au ralenti. Un village peuplé d’un tas de colères, de chagrins, de peurs, de désirs… Ici, les familles vivent repliées sur elles-mêmes, en attente d’on ne sait quoi. Elles refusent l’intrusion, de l’autre, de la ville, de la modernité. Les huit récits s’entremêlent et nous parlent d’intimité et de solitude : ils racontent des vies minuscules, des existences qui se croisent, des relations qui se tissent et se défont…

Ainsi Arieh Zelnik, revenu habiter chez sa mère sourde et taciturne, reçoit la visite d’un avocat inconnu qui n’est pas un inconnu ; Gili Steiner attend en vain l’arrivée de son neveu Gideon dont elle a pourtant trouvé le manteau dans le dernier car arrivé de la ville ; Haïm Pessah, ex-député vindicatif, n’aime pas le jeune étudiant arabe que sa fille héberge et est persuadé que quelqu’un creuse la nuit sous leur maison ; Yossi Sasson, agent immobilier vorace, se perd dans les méandres de ses fantasmes et d’une vieille maison biscornue ; Beni Avni, le maire du village, ne comprend pas pourquoi sa femme lui a fait remettre une note avec ces seuls mots « Ne te fais pas de soucis pour moi » ; Kobi Ezra tente de surmonter la timidité de ses dix-sept ans pour séduire la jolie bibliothécaire ; Dahlia et Abraham Levigne organisent des soirées de chant hébraïque peut-être pour combler la disparition de leur fils ; et ailleurs, dans un autre temps, un village et ses habitants se putréfient…

Chaque récit à quelque chose d’à la fois cocasse et inquiétant car sa finalité reste en suspens (et le fantastique n’est jamais loin) : Amos Oz effleure les secrets et les pensées plutôt qu’il ne les révèle. L’essentiel se dérobe toujours pour mieux suggérer le désarroi de personnages qui, tous, ont perdu quelque chose. Et chaque récit est autant empreint de mélancolique que d’humanité.

______________________________

⭐⭐ Amos Oz, Scènes de vie villageoise (Tmounot mekhayeï hakfar), traduit de l’hébreu par Sylvie Cohen, éditions Gallimard, 2010 (2009), 203 pages, 16,90 €.

Du même auteur : Une histoire d’amour et de ténèbres.

Une lecture commune avec les membres du groupe Lire le monde dont voici les billets : Aifelle a lu Ailleurs peut-être, Le bouquineur a lu Vie et mort en quatre rimes, Nathalie a lu Soudain dans la forêt profonde, Miriam a lu La boîte noire et Ingannmic a lu Une panthère dans la cave.

Publicités

6 commentaires sur “[nouvelles] « Scènes de vie villageoise » Amos Oz

Ajouter un commentaire

  1. Oh ça me plaît beaucoup ! Enfin, tous les billets que je lis sur les romans d’Oz me plaisent beaucoup. J’ai vraiment envie de tout lire.

    1. En effet, ses nouvelles se lisent facilement… Je te conseille aussi « Entre amis », un autre recueil de nouvelles que j’ai aussi beaucoup aimé.

Répondre à BlueGrey Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :