[roman] « Ambiguïtés » Elliot Perlman

Instituteur au chômage, Simon vit seul avec son chien, boit trop, dérive vers la dépression, et est totalement obsédé par le souvenir d’Anna, son amour de jeunesse qui l’a quitté des années plus tôt sans explication. Un après-midi, il commet un acte insensé : il enlève le petit garçon d’Anna !

Le coup de folie de Simon est raconté par ses sept principaux témoins (dont Simon), chacun d’entre eux étant impliqué à des degrés divers dans l’événement. D’une confession à l’autre, Perlman tisse peu à peu une gigantesque toile où viennent se mêler bien d’autres motifs, bien d’autres acteurs. Chacun livre aussi un peu de lui-même, colore l’intrigue principale de ses pensées, ses émotions, ses souffrances, ses désirs, ses manquements, ses obsessions, ses haines, ses espoirs… Ces « histoires dans l’histoire » se cognent, s’imbriquent, se contredisent en un imbroglio de relations enchevêtrées, de rencontres improbables, de coïncidences et de quiproquos. L’auteur tisse ainsi une toile narrative qui imbrique les souffrances des uns dans celles des autres sans jamais les juger, qui éclaire les événements les uns au regard des autres, et qui maintient quelques zones d’ombre.

A ce titre, la section d’ouverture est un tour de force : c’est Alex Klima qui s’y exprime, le thérapeute de Simon. Tout au long de son intervention il s’adresse à un « tu » dont on finit par deviner qu’il désigne Anna. En un monologue confus, Alex lui dévoile ce qu’il sait et ce qu’il devine des obsessions de Simon, transgressant le devoir de silence de sa profession en un plaidoyer brouillon et équivoque. Viennent ensuite les récits de Joe (le mari d’Anna), d’Angélique (prostituée amante de Simon et « en affaire » avec Joe), de Dennis (collègue de Joe), de Simon, d’Anna et enfin de la fille d’Alex. Sept chapitres, sept personnages, sept ambiguïtés.

Par ces sept récits qui à la fois se complètent et se contredisent, en rassemblant ces points de vues variés, nous encerclons Simon pour mieux le cerner, le saisir : Simon est intransigeant, menteur, déprimé, mais aussi cultivé, doux, généreux, idéaliste, poète… Il y a en lui un désir d’altruisme et un abîme entre ses idéaux et sa capacité à les mettre en œuvre. Simon est un « héro » ambigu, attachant et inquiétant : victime ou manipulateur ?

Ambiguïtés est un roman qui questionne les notions de responsabilité et de culpabilité. C’est un roman sur la complexité et les ambivalences des individus, sur la difficulté d’agir et de se réaliser en accord avec ses principes, sur le délitement des idéaux, sur les compromissions auxquelles on se résout par facilité ou lâcheté. C’est aussi un roman sur la difficulté des relations interpersonnelles, sur l’incompréhension mutuelle. C’est, enfin, un roman sur le poids de l’hérédité, cet héritage immatériel fait d’accumulation de traumas, avec ou envers lequel l’individu se construit.

Ambiguïtés est un roman habile, ambitieux, puissant et passionnant sur l’émouvante complexité des individus et des relations humaines. C’est un roman à la fois très intelligent et profondément humain qui, malgré son pessimisme, nous laisse espérer qu’il reste encore en ce monde une place pour l’amour, le rêve et la poésie…

A lire, impérativement !

______________________________

Elliot Perlman, Ambiguïtés (Seven Types of Ambiguity), traduit de l’anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj, éditions 10/18, 2005 (2003), 856 pages, 12 €.

logo challenge tour du mondeDestination Australie

Challenge des 500 livres

Publicités

6 commentaires sur “[roman] « Ambiguïtés » Elliot Perlman

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :