[mini-chronique : nouvelles] « Coupables » Ferdinand von Schirach

Ferdinand von Schirach s’est inspiré de son métier d’avocat pour rédiger ce recueil de quinze nouvelles qui, comme son titre l’indique, questionne la notion de culpabilité et ses ambiguïtés. Le style est sobre et froid, sans effets de manches ni pathos, mais pourtant d’une grande humanité ; peut-être parce que ces récits mettent en scène des hommes et femmes ordinaires et des situations d’une terrifiante banalité qui, parfois, dégénèrent vers le sordide. Quinze récits qui nous disent que l’on ne naît pas criminel, mais qu’on le devient.

« Je la vis sortir du palais de justice. Felix l’attendait dans un taxi. Elle s’installa à ses côtés, sur la banquette arrière. Il prit sa main dans la sienne. Il l’accompagnerait chez ses parents, elle prendrait Saskia dans ses bras et le reste appartiendrait au passé. Ils seraient doux et attentionnés l’un envers l’autre. Ce n’est qu’alors qu’elle pourrait serrer cette main, celle qui avait assassiné son mari. » (p. 170-171)

______________________________

⭐⭐ Ferdinand von Schirach, Coupables (Schuld), traduit de l’allemand par Pierre Malherbet, éditions Gallimard, 2012 (2010), 187 pages.

Publicités

9 commentaires sur “[mini-chronique : nouvelles] « Coupables » Ferdinand von Schirach

Ajouter un commentaire

    1. Avant « Coupables » il y a eu un recueil intitulé « Crimes », que je n’ai pas lu, mais que je lirais bien volontiers si j’arrive à mettre la main dessus !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :