[roman] « L’empire des lumières » Kim Young-ha

« Kiyeong se souvient de ce qu’on lui a dit un jour. Les espions les plus fameux de l’histoire sont ceux qui se font capturer au cours d’une mission, tandis que les agents dignes de ce nom ne sont jamais connus. On peut dire que ceux dont l’identité finit par être révélée au grand jour, que ce soit à cause de leur imprudence, de leur manque de discrétion ou de leur vulnérabilité face à l’argent et aux femmes, sont des espions ratés. Et c’est précisément leur échec qui les rend célèbres. […]
Kiyeong fait partie des espions ratés. » (p.339-340)

Espion nord-coréen, Kim Kiyeong a infiltré Séoul il y a 20 ans et est devenu un « agent dormant » parfaitement intégré, importateur de films et père de famille sans histoire, oublié même de ses supérieurs. Un jour, pourtant, un haïku de Basho le sort de son inertie : « Au fond de la jarre / sous la lune d’été / une pieuvre rêve »… C’est l’ordre n°4, celui qu’il a toujours redouté, l’ordre de retour en Corée du Nord. Mais que faire alors qu’il s’est habitué au confort d’une ville moderne et capitaliste, alors qu’il s’est construit une famille avec une femme et une fille, alors qu’il s’est (presque) délivré d’un passé, d’une mémoire, d’un pays, d’une idéologie qui se sont plus les siennes ? Rester aux risques de représailles ? Ou tout quitter, tout perdre ? Kiyeong a vingt-quatre heures pour se décider, vingt-quatre heures pendant lesquelles il va petit à petit retrouver ses réflexes d’agent et la mémoire de celui qu’il a été.

Plus qu’un roman d’espionnage, L’empire des lumières est une quête d’identité. Heure par heure, chapitre par chapitre, en un compte à rebours qui s’accélère, le roman montre comment se joue à la fois le destin de Kiyeong et ceux de sa fille et de sa femme : sa fille Hyeon-mi se heurte aux tourments de l’adolescence pendant que sa femme Mari, lasse d’un mariage et d’une vie étriqués, cède aux fantasmes pervers de son jeune amant. Mari et Hyeon-mi, qui ignorent la véritable identité de leur mari et père, traversent leur propre journée au rythme d’un dévoilement intime qui les transformera du tout au tout, comme un écho à l’ultimatum posé à Kiyeong. Quant à Kiyeong, de souvenirs en réminiscences, il effectue un retour sur son passé, les choix et les hasards qui l’ont amené jusque-là, et s’interroge sur la fidélité et la trahison à soi-même, à ses idéaux de jeunesse… Ainsi, petit à petit, leur banal mais confortable univers familial, patiemment construit, se délite.

La division est au cœur de ce roman : fracture politique d’une nation coupée en deux, séparation d’un homme et d’une femme qui s’éloignent inexorablement l’un de l’autre, bouleversement intérieur de chacun… Les personnages sont tous déchirés entre leur devoir, leur identité et leur amour. Et tout ceci est minutieusement conté sur un ton froid et détaché, avec une indifférence apparente qui fait froid dans le dos !

En second plan de ses destinées individuelles, L’empire des lumières raconte aussi l’histoire de la Corée d’aujourd’hui, écartelée par cette partition déchirante entre le Nord et le Sud. Il raconte les mouvements contestataires, l’influence de la culture occidentale, et le quotidien d’un pays en quête de soi.

L’empire des lumières est un roman mélancolique qui interroge sur le sens de l’existence à la conclusion assez pessimiste : les hommes semblent perdre leur temps à lui chercher une logique, tiraillés entre obligations, idéaux et croyances, alors que le seul but de l’existence serait finalement, simplement, de survivre.

______________________________

⭐⭐ Kim Young-ha, L’empire des lumières (Biteui Jeguk), traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel, éditions Philippe Picquier, 2009 (2006), 380 pages, 20,50 €.

6 commentaires sur “[roman] « L’empire des lumières » Kim Young-ha

Ajouter un commentaire

  1. On dirait qu’il présente quelques similitudes avec Ma mémoire assassine, du même auteur, dont le narrateur, un tueur en série « à la retraite » atteint d’Alzheimer, tente de se raccrocher à ses souvenirs pour ne pas perdre son identité..

Répondre à BlueGrey Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :