[roman] (Les Rougon-Macquart 3) « Le Ventre de Paris » Émile Zola

1858. Florent s’est échappé du bagne de Cayenne où il avait été envoyé 7 ans plus tôt pour avoir protesté contre le coup d’État du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte, devenu l’empereur Napoléon III. Il arrive à Paris, affamé et déguenillé, et se réfugie chez son demi-frère qui, marié à la belle Lisa Macquart, fait prospérer l’opulente charcuterie Quenu Gradelle. Quenu a le sens de la famille : il accueille Florent, le loge, le nourrit et lui trouve du travail : Florent devient inspecteur aux Halles. Mais Florent ne se sent pas à sa place aux Halles et, petit à petit, il reprend en secret ses activités politiques. Quant à Lisa, elle voit d’un mauvais œil ce demi-frère ressurgir du passé, s’installer à demeure et mettre la pagaille dans sa vie petite-bourgeoise. Alors, insensiblement, en toute bonne conscience, Lisa va œuvrer à faire disparaître ce beau-frère encombrant.

L’intérêt essentiel de ce roman réside dans l’univers qu’il décrit ; les Halles de Paris et la vie des gens qui y travaillent. La langue de Zola est alors extraordinaire, colorée, puissante, lyrique même parfois : il fournit des descriptions très détaillées, imagées et vivantes des Halles, de ses étalages débordants et de ses commerçants. La description tourne parfois à l’inventaire : il rédige ainsi deux pleines pages sur le pavillon des poissons par exemple, dans lesquelles il décrit les formes et les couleurs de quelques 26 espèces de poissons et crustacés (j’ai compté !), et il recommence tout au long du roman pour les viandes, les fruits et légumes, les fromages, les fleurs… Cette énumération est parfois un peu étouffante, mais tellement foisonnante et vivace ! Ça grouille, ça crie et ça pue : ça vie ! Et on y est, on est au cœur des Halles, au milieu des étals et aux côtés des travailleurs.

Le Ventre de Paris est aussi un roman politique ; c’est une critique acerbe de la bourgeoisie (incarnée ici par le couple Quenu-Lisa) qui, par intérêt, soutient l’Empire, tandis que Florent, naïf et sincère, intellectuel idéaliste, représente les républicains révolutionnaires.

Et puis Zola a ce talent de « raconteur » ; il a l’art de la fiction, l’art de mettre en scène, d’entretenir une certaine tension dans son intrigue : quand Florent réapparaît, il est accueilli à bras ouverts par son demi-frère et sa belle-sœur qui le choient ; mais bien vite le ton change car Florent, avec ses idées révolutionnaires, devient dangereux pour la prospérité du couple et des commerçants du quartier. Ainsi, petit à petit, sous couvert d’amabilité, les commérages, mesquineries et manigances s’accumulent à l’encontre de Florent. Et la tension va crescendo : on sent que ça va mal finir, on voit le coup fatal arriver, on le redoute, on voudrait pouvoir l’empêcher mais, bien sûr, la fatalité suit son court… et nous réserve un dernier rebondissement, une ultime trahison là on on ne l’attendait pas. Et Zola de conclure, cynique : « Quels gredins que les honnêtes gens » !

______________________________

⭐⭐ Émile Zola, Le Ventre de Paris, éditions folio classique, 1996 (1873), 384 pages.

14 commentaires sur “[roman] (Les Rougon-Macquart 3) « Le Ventre de Paris » Émile Zola

Ajouter un commentaire

    1. Oui, j’ai fini récemment « La Conquête de Plassans » et il m’a bien plu aussi, pour sa satire anticléricale et pour sa « stratégie » de la folie ; c’est diabolique !

  1. Un grand souvenir de lecture ( pourtant pas récente ! ). Il faudrait que je revienne à Zola, je n’ai pas lu tous les titres des Rougon Macquart.

      1. Tu m’as donné envie, ton défi est motivant, j’en ai sorti deux ( pas dans l’ordre ;)), c’est déjà un début de les avoir sous les yeux…

  2. Lecture lointaine… Je me demande si on ne retrouve pas la fille du couple dans un autre roman

  3. Je l’ai dans ma PAL il me semble. Dès que j’ai fini la comédie humaine, je me lance dans Zola ( j’ai dû en lire 10 sur la 20 des Rougon Macquart….)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :