[roman] « Testament à l’anglaise » Jonathan Coe

Tabitha Winshaw a 81 ans et elle est folle, internée dans un asile. Démence sénile ? Pas du tout. Elle a perdu l’esprit un soir de l’hiver 1942 quand son frère adoré, Godfrey, a été abattu par la DCA allemande au-dessus de Berlin. Le chagrin alors ? Ce n’est pas cela non plus. Elle est persuadée que la mort de Godfrey a été commanditée par son frère aîné, Lawrence, qu’elle déteste. Une folle dans la famille, l’aristocratie britannique en a vu d’autres. Mais voilà que Tabitha demande à Michael Owen, jeune auteur dépressif et agoraphobe, d’écrire l’histoire de la dynastie des Winshaw qui occupe tous les postes-clés dans l’Angleterre des années quatre-vingt, profitant sans vergogne de ses attributions et de ses relations. Il y a du jeu de massacre dans l’air, d’autant que Tabitha n’est peut-être pas aussi folle qu’il y paraît.

S’échelonnant entre 1940 et 1990, Testament à l’anglaise développe ainsi l’enquête menée mollement par Michael. Au fil du récit et de ses recherches sur les Winshaw, Michael sortira peu à peu de son mutisme et, sous le vernis de la bonne société anglaise, il nous fera rencontrer une galerie d’âmes damnées des plus réjouissante : « Il fut parfaitement clair pour moi dès le début que je m’occupais d’une famille de criminels, dont la richesse et le prestige étaient fondés sur toutes sortes d’escroqueries, crapuleries, tricheries, supercheries, finasseries, manigances, détournements, vols, cambriolages, pillages, saccages, falsifications, spoliations, déprédations. Non que les agissements des Winshaw fussent ouvertement criminels, ni même jugés comme tels par la bonne société. » Car la famille Winshaw propose, au choix : Hilary, la journaliste venimeuse à succès ; son frère Roddy, galeriste qui exerce le droit de cuissage ; le cousin Mark, marchand d’armes qui fricote avec Saddam Hussein ; l’oncle Henry, politicien champion dans l’art de retourner sa veste ; la cousine Dorothy, chantre de l’agroalimentaire industriel… Bref, tous les membres de cette illustre, puissante et richissime famille ont pour seul point commun d’être pourris jusqu’au squelette !

Transformant chaque destinée en une fable cruelle sur les milieux politique et médiatique, Jonathan Coe réussit un livre aussi étonnant que palpitant. Satire sociale et réquisitoire en règle contre le thatcherisme, ce livre n’en reste pas moins passionnant car il associe avec brio de nombreux genres littéraires (policier, thriller, psychodrame, romance, biographie, etc.) rendant ainsi le récit alerte et captivant sans jamais se départir d’un ton ironique d’une irrésistible drôlerie. Toutefois, la diversité des narrateurs, la fragmentation du temps et la profusion des personnages rendent l’immersion dans le récit difficile dans un premier temps, mais ces difficultés disparaissent une fois la lecture bien entamée.

______________________________

⭐⭐ Jonathan Coe, Testament à l’anglaise (What a Carve Up!), traduit de l’anglais par Jean Pavans, éditions folio, 2008 (1994), 682 pages, 10,80 €.

Du même auteur : Les Nains de la mort.

2 commentaires sur “[roman] « Testament à l’anglaise » Jonathan Coe

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :