[roman] « Enterrez-moi sous le carrelage » Pavel Sanaïev

On se retrouve aujourd’hui pour parler « déception », ou comment j’ai misé sur un titre loufoque et intriguant qui laissait présager dérision et causticité mais où je n’ai rencontré qu’outrance et répétitions.

Enterrez-moi sous le carrelage, c’est l’histoire de Sacha, garçonnet de 9 ans élevé par ses grands-parents moscovites, sa mère ayant tout quitté pour un artiste, « un nabot buveur de sang », dixit mémé Nina. Mais l’enfant est souffreteux et la grand-mère une redoutable babouchka à l’insulte facile et à la dévotion abusive. Pour éviter que l’enfant ne « pourrisse de l’intérieur », elle le gave de médicament et multiplie les traitements aussi coercitifs qu’extravagants. Quant au grand-père, il ne prend jamais le risque de contredire sa furie d’épouse et préfère s’éclipser discrètement de l’appartement devenu champ de bataille (ou annexe de l’hôpital). Le tout est raconté par Sacha lui-même en une série de scénettes qui dévoilent les secrets de cette famille décomposée (les rêves abîmés de la grand-mère et les origines de sa détresse, les raisons de l’abandon maternel) ainsi que l’espoir insensé de Sacha : retrouver sa mère et goûter le sens du mot liberté.

Au fil des récits de Sacha on comprend que l’enfant n’est peut-être pas réellement malade, que la mère n’est sans doute pas véritablement inapte, et que la grand-mère est assurément totalement névrotique. Et une fois que l’on a compris ça (et on le comprend vite hein, c’est assez limpide…) ? Bhâ pas grand-chose en fait, le récit se répète : la grand-mère éructe (son langage ordurier et son comportement délirant sont tellement outranciers que ça en devient franchement grotesque), le grand-père fuit, l’enfant subit. Et le récit tourne en rond.

Au final, j’ai trouvé cette histoire sans grand intérêt.

______________________________

⛔ Pavel Sanaïev, Enterrez-moi sous le carrelage, traduit du russe par Bernard Kreise, éditions 10/18, 2010 (2003), 265 pages.

2 commentaires sur “[roman] « Enterrez-moi sous le carrelage » Pavel Sanaïev

Ajouter un commentaire

  1. Je me réjouissais de mon côté non de lire le roman mais ton billet, attirée également par le titre de l’ouvrage et le fait qu’il soit russe… ton billet est très bien, mais pas de nouvelle découverte russe en perspective, donc !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :