[roman] « L’arrière-saison » Philippe Besson

Donc, au début, elle sourit. C'est un sourire discret, presque imperceptible, de ceux qui se forment sur le visage parfois, sans qu'on le décide, qui surgissent sans qu'on le commande, qui ne semblent reliés à rien en particulier, qu'on ne saurait pas forcément expliquer. Voilà : c'est un sourire de presque rien, qui pourrait être... Lire la Suite →

Publicités

WordPress.com.

Retour en haut ↑