[roman] « Exils » Nuruddin Farah

« Les armes n’ont pas l’impact des vérités humaines ». À peine avait-il atterri à Mogadiscio en provenance de Nairobi, que Jeebleh entendit un homme faire cette curieuse déclaration. D’un pas manquant de naturel, il s’éloigna ; l’homme le suivit. (p. 13) Après 20 ans d’exil à New-York, Jeebleh revient en Somalie pour honorer sa... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑